Accueil \ Actualités
LE BILLET DE SOFIA – L’EUTHANASIE PROGRAMMEE DES RENTIERS
publié le 15 juin 2017



A l’heure des déclarations ISF, il est intéressant de constater que les tranches d’imposition ont peu évolué. Elles se situent entre 0.50 et 1.50 % du patrimoine taxable qui est tout simplement le patrimoine mondial pour un résident fiscal français.

Il est intéressant également de constater que l’emprunt d’état français qui apportait un revenu de plus de 15 % par an en 1981 lors de la création de cet impôt, rapporte aujourd’hui 1 % environ lors de nouvelles émissions, soit 15 fois moins.

Chercher l’erreur entre ce taux d’imposition d’ISF et le rendement obligataire de bonne notation.

Il est intéressant également de savoir que le coût de collecte de cet impôt est supérieur au montant effectivement encaissé par l’état français mais qu’aucun politique de quelque bord que ce soit, n’a eu le courage de supprimer définitivement cet impôt qui fait fuir bon nombre de français de l’hexagone pour des cieux bien plus accueillants.

A noter la suggestion du FMI en 2013 qui préconisait, pour une année unique d’imposition, un ISF exceptionnel pour la France de 15 % du patrimoine de chaque français pour réduire la dette de l’état français de 50 %.

A des rendements faibles et une taxation prohibitive de l’ISF, il est intéressant d’essayer de deviner le niveau de taxation future pour les différents impôts que nous subissons tous.

Les collectivités locales sont surendettées, il faudra augmenter les taxes foncières, les taxes d’habitations et autres impôts.
L’état français dépense 20 ou 25 % de plus que ses rentrées fiscales chaque année depuis 40 ans. La dette atteint 100 % du PIB.

Les organismes de retraites accusent des déficits colossaux qu’il ne sera possible d’équilibrer qu’avec une baisse inéluctable des pensions actuelles et futures, une augmentation des cotisations et un allongement de la durée au travail.

En conclusion, l’euthanasie des rentiers, souvent des retraités, est-elle programmée ?

Il nous semble important de prendre conscience de tous ces éléments pour préparer l’avenir et ne pas succomber totalement à la société de consommation qui a nettement la préférence de nos politiques car elle génère des recettes immédiates qui leur permettent d’espérer être réélus lors de prochaines élections.

Il nous semble également important de ne pas tomber dans la frilosité permanente, l’inaction, le statu quo. Il nous semble important d’accepter une certaine prise de risque pour sortir de cette interrogation et continuer à aller de l’avant.

« To take a chance», prendre sa chance, la manière positive des anglo-saxons pour exprimer la prise de risque, n’a jamais été aussi important.

« To take a chance», prendre sa chance, la manière positive des anglo-saxons pour exprimer la prise de risque, n’a jamais été aussi important.

Publié par Olivier TOP

Fondateur et Directeur Général du Groupe Sofia, Olivier Top est diplômé de l'université d'Auvergne.
- DES en Gestion de Patrimoine
- DU de 3ème cycle en Gestion international du Patrimoine
Il est également Chargé d'Enseignement à l'Université de Nice en Master II Juriste Banque Finance.